Hypertension artérielle : à domicile, c’est plus efficace et plus économique !


En France 14,5 millions de personnes sont hypertendues. L’auto-mesure se révèle être la bonne solution pour contrôler sa tension.

 

Si l’hypertension n’est pas traitée, elle peut provoquer de graves lésions (AVC, infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque…) D’où l’importance de mesurer régulièrement sa tension, surtout après 65 ans. D’après les résultats d’une étude, réalisée sur 2550 patients équipés d’auto-tensiomètres, présentée aux Joint Hypertension 2018 Scientific Sessions, il est préférable de surveiller sa pression artérielle à domicile. Et ce, pour deux raisons au moins. « Les professionnels de santé observent un phénomène étonnant: un tiers des personnes âgées ont une tension plus élevée dans le cabinet de leur médecin qu’à leur domicile. En cause : le stress de l’environnement médical. C’est ce que l’on appelle l’effet blouse blanche », explique le Dr Yves Elbèze, cardiologue à Paris. Prendre sa tension chez soi évite aussi l’hypertension masquée, qui désigne l’effet inverse : la tension artérielle est anormalement élevée à la maison mais le médecin lui ne détecte rien à son cabinet.

 

Des économies en perspective

 

« La technique repose sur la règle des trois : trois mesures consécutives le matin au repos, entre le réveil et le petit déjeuner. Et trois mesures le soir entre le dîner et le coucher, trois jours de suite. Il faut inscrire ces 18 mesures sur un cahier de surveillance qu’on amènera à son médecin. Ce dernier continue, bien sûr, à suivre son patient», poursuit le Dr Elbèze. Ainsi, les données mesurées à domicile ne sont pas faussées. Cette étude montre qu’en plus de ses bénéfices sur la santé, le contrôle à domicile permet de faire des économies. Même si l’appareil pour réaliser les mesures chez soi a un coût (variable selon les modèles), les patients payent moins de consultations chez le médecin. Avec l’auto-mesure, on constate également moins de consommations de médicaments, et moins de recours aux services d’urgences. Ces résultats rejoignent les récentes recommandations des sociétés européennes de cardiologie qui font la promotion d’une utilisation plus large de la mesure de la pression artérielle à domicile.

 

Brigitte-Fanny COHEN

 

 

Pour en savoir plus :

« 5 minutes avant l’infarctus », par le Dr Yves Elbèze, éditions Marabout.