Y a-t-il un petit déjeuner idéal pour nos écoliers?


Petit-déjeuner comme un roi, déjeuner comme un prince et dîner comme un mendiant : ce proverbe est-il juste sur le plan scientifique ? Pas si sûr…

 

Bien sûr, les arguments en faveur d’un bon petit-déjeuner ne manquent pas: les enfants sont restés de longues heures sans manger depuis la veille au soir et le petit déjeuner permet de rompre ce jeûne de la nuit durant laquelle le cerveau a continué à travailler, à mémoriser, à rêver etc… Pour être en forme, il faudrait notamment refaire le plein de glucides afin d’éviter une hypoglycémie : cette baisse du taux de sucre dans le sang pouvant provoquer un petit coup de barre en fin de matinée. Une étude a même affirmé que les enfants qui prennent un petit-déjeuner seraient plus performants intellectuellement le matin à l’école que ceux qui s’en privent! En France, selon le Credoc, 29 % des jeunes de moins de 14 ans sautent ce repas au moins une fois par semaine. Sont-ils pour autant pénalisés ?

A chacun son petit déjeuner

« Non, le petit déjeuner n’est pas indispensable, ni pour l’équilibre alimentaire, ni pour bien travailler à l’école. Beaucoup d’enfants n’ont pas faim le matin, et il ne fait pas les forcer. Certains tiennent jusqu’à midi, d’autres ont une petite fringale vers 10 ou 11H : il faut leur mettre un encas dans leur cartable », affirme le Pr Patrick Tounian, chef du service de nutrition et gastro-entérologie pédiatrique à l’hôpital Trousseau à Paris. Deux études américaines ont montré que sauter le petit-déjeuner ne faisait pas plus grossir les enfants puisque ceux qui se dispensent de ce repas ne mangent pas davantage durant les autres repas. De même, sauter le petit-déjeuner ne semble pas avoir d’effet sur l’état de santé général. Et pour ceux qui prennent un petit déjeuner, quels aliments privilégier ? « Les vendeurs de céréales conseillent de manger des céréales, les vendeurs de lait poussent à boire du lait, même attitude pour les vendeurs de jus d’orange… En réalité, aucun de ces aliments n’est indispensable au petit déjeuner, mais si les enfants les apprécient, alors ils peuvent les consommer », poursuit le Pr Tounian. Il n’y a donc pas de petit déjeuner idéal.  D’un pays à l’autre, d’une culture à l’autre, le repas du matin varie à l’infini: hareng et saumon dans les pays nordiques, œufs et bacon en Angleterre, soupe de nouilles à la viande au Vietnam, pain, beurre et confiture en France… Mais il faut en tout cas éviter au quotidien les viennoiseries, le bol de céréales industrielles, les laitages trop sucrés … Occasionnellement pourquoi pas, mais pas tous les jours.

 

Brigitte-Fanny Cohen