Sportifs de haut niveau : la médaille d’or de l’espérance de vie


La cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques d’hiver 2018 aura lieu le 9 février, en Corée du Sud. Quelle est l’espérance de vie des athlètes ? L’INSEP mène une vaste étude sur ce sujet.

 

L’INSEP (Institut national du sport, de l’expertise et de la performance) travaille depuis plusieurs années sur la santé des athlètes afin de mieux comprendre les relations entre le sport de haut niveau, la santé et la longévité. L’organisme des athlètes est-il « usé » par les entraînements et les compétitions ? Leur cœur est-il à la longue fatigué par ce rythme intense ? Une première étude a bousculé les idées reçues : elle a été réalisée sur 2814 athlètes qui ont participé aux Jeux Olympiques et au Tour de France entre 1912 et 2012. Résultats surprenants : les sportifs de haut niveau ont en moyenne une espérance de vie de 7 ans supplémentaires à celle de la population générale. « Ils gagnent deux années en raison du risque diminué de maladies cardio-vasculaires, deux autres années grâce à une réduction du risque de cancer et trois autres années de vie du fait d’une diminution des risques liés à d’autres pathologies », affirme Juliana Antero-Jacquemin, chercheur à l’INSEP.

 

Suivre l’exemple des athlètes

 

Bien sûr, le sport de haut niveau affecte le squelette et les articulations. Et les méfaits d’un dopage potentiel sont loin d’être négligeables. Mais les bénéfices sont globalement supérieurs aux risques. Reste cette question difficile à trancher : les habitués des podiums vivent-ils plus longtemps parce qu’ils pratiquent un sport de haut niveau ? Ou parce que leur organisme – particulièrement résistant – les a prédisposés à la performance sportive ? Pour Juliana Antero-Jacquemin, il est impossible de trancher : les deux phénomènes sont vraisemblablement liés, et il faut aussi mettre aussi dans la balance l’hygiène de vie de ces athlètes, en générale irréprochable. Ces résultats doivent encourager chaque individu à faire du sport régulièrement, certes à un moindre niveau : jeunes ou vieux, bien portants ou souffrant d’une maladie, chacun gagnera des mois ou des années d’espérance de vie.

 

Brigitte-Fanny COHEN