Attention à l’hyperstress


24% des salariés français sont dans un « état d’hyperstress », selon les résultats d’une enquête récente. Comment prévenir ce véritable fléau pour la santé et prendre la bonne résolution de rester zen à l’aube de cette nouvelle année?

 

Il s’agit d’une étude réalisée par le cabinet Stimulus sur plus de 32 000 salariés dans 39 entreprises françaises. Chiffre inquiétant : un quart des salariés souffre, non pas de stress, mais d’hyperstress : un stress intense et dangereux pour la santé. Plusieurs raisons sont évoquées: le fait de « devoir traiter des informations complexes et nombreuses »,  « le manque de temps »  mais aussi l’obligation de s’adapter sans cesse, le manque d’autonomie, le fait d’être en contact avec des personnes qui prennent plaisir à vous faire souffrir dans votre travail… « Cet hyperstress se manifeste par des signes physiques et psychologiques : par exemple, la salarié se sent tendu, souffre de contractures musculaires, son appétit augmente, il peut se laisser aller au grignotage. Il peut souffrir aussi de palpitations, de troubles du sommeil, de pannes sexuelles. On retrouve souvent une anxiété très forte, une irritabilité, une difficulté à déconnecter du travail le soir et le week-end. Tous ces symptômes sont des signes d’alerte sur lesquels il faut agir très vite, avant que l’hyperstress ne se traduise par une dépression, un burn-out ou même des maladies cardio-vasculaires », précise le Dr Patrick Légéron, psychiatre et coordinateur de cette étude.

 

Les entreprises sur le banc des accusés

 

Comment prévenir  ce phénomène? Tout d’abord, le salarié doit augmenter sa résistance au stress. Avec notamment une alimentation équilibrée, un sommeil réparateur et une activité physique régulière. Des techniques comme la relaxation, la méditation ont aussi démontré leur efficacité dans ce domaine. « Il ne faut pas oublier que le stress survient surtout chez des personnes qui ont presque tout misé sur leur travail. Investir ailleurs, avoir un hobby, une passion, des amis hors du travail sont des éléments protecteurs vis-à-vis du stress en entreprise », précise le Dr Légeron. Bien sûr, l’entreprise a un rôle majeur à jouer dans la prévention de l’hyperstress. Des enquêtes ont dénoncé, en France, le management qui n’est pas suffisamment bienveillant. « Dans trop d’entreprises, des chefs ou des cadres se comportent de façon inadéquate : ils donnent des objectifs inatteignables, ils surveillent plus qu’ils ne conseillent, ils ne savent pas assez valoriser les individus. Les managers français sont davantage formés à la stratégie, au marketing, à la finance. Mais diriger des équipes, cela s’apprend également », affirme le Dr Légeron. L’humain au travail, c’est aussi une question économique : un salarié heureux et reconnu dans son travail sera plus productif pour son entreprise qu’un salarié stressé.

Brigitte-Fanny COHEN