Bébés, jeunes enfants : attention aux écrans !


Certains enfants accros aux écrans présenteraient des troubles du comportement proches de l’autisme. Une situation inquiétante dénoncé par un collectif de médecins.

 

Quand les écrans servent de tétine, de doudou, voire de nounou, on peut légitimement s’inquiéter. C’est pourquoi des médecins, des pédiatres, des psychiatres, des psychologues, des orthophonistes tirent la sonnette d’alarme : ils voient dans leur cabinet de très jeunes enfants –entre 0 et 4 ans-  scotchés plusieurs heures d’affilée devant la télé. Ou sur le smartphone ou la tablette de leurs parents pour regarder des dessins animés et jouer à des jeux video. Mais, à cet âge, l’usage excessif de ces nouvelles technologies peut conduire à des retards dans les apprentissages. « Certains présentent des difficultés pour marcher, grimper, serrer un objet avec les doigts, d’autres des retards de langage parfois sévères. Certains bambins ne parlent pas du tout ou s’expriment de façon inadaptée, en ne sachant pas répondre à des questions très simples », explique le Dr Anne-Lise Ducanda, médecin de PMI dans l’Essonne.

 

Autisme virtuel

 

Les médecins constatent aussi bon nombre de troubles de l’attention et de la concentration. Pire : certains enfants se déconnectent de la réalité. « Dans les cas les plus graves on peut voir des enfants accros aux écrans qui ne répondent pas quand on les appelle par leur prénom, qui sont enfermés dans leur bulle, qui n’interagissent pas avec les adultes…. Certains sont agressifs ou agités, font des gestes répétitifs. Des médecins roumains, qui ont particulièrement étudié ce phénomène, parlent d’autisme virtuel : ce sont les mêmes troubles en apparence mais ce n’est pas de l’autisme car les symptômes régressent voire disparaissent de façon spectaculaire quand les parents suppriment les écrans », souligne le Dr Ducanda. Bien sûr, il faudra que des études scientifiques valident ces premières constatations inquiétantes. En attendant, on peut se référer aux recommandations prodiguées par l’Académie des Sciences en 2011: pas d’écran entre 0 et 2 ans . Et pas plus d’une heure par jour entre 2 et 3 ans, en présence d’un adulte. Il ne s’agit pas de diaboliser les écrans – qui sont aussi de formidables outils pédagogiques et récréatifs- mais il faut éviter leur utilisation excessive chez les très jeunes enfants.

 

Brigitte-Fanny Cohen