Les sportifs du week-end


Peut-on être sédentaire toute la semaine et faire du sport intensément mais uniquement le week-end, tout en récoltant des bénéfices pour sa santé ? Une étude l’affirme.

Toutes les études récentes l’ont montré : une activité physique, trois fois par semaine au minimum, diminue les risques de développer un grand nombre de maladies, notamment les pathologies cardio-vasculaires, le diabète, l’hypertension, l’obésité et même certains cancers. Cette pratique régulière pourrait même nous faire gagner jusqu’à 7 ans d’espérance de vie. Mais trois séances de sport par semaine, c’est un rythme quasi-impossible à tenir pour bon nombre de personnes au planning professionnel surbooké! C’est pourquoi cette étude, réalisée par des chercheurs anglais, vient conforter les sportifs du week-end. Ces scientifiques ont suivi plus de 63 000 personnes pendant 9 ans et ont publié leurs conclusions dans le « JAMA Internal Medicine ». Selon eux, les personnes, qui ont une activité physique intense de 75 minutes le week-end, retirent les mêmes bénéfices que ceux qui pratiquent 30 minutes d’activité physique modérée cinq jours par semaine.
Guerriers du week-end
Les chercheurs ont même identifié les sportifs du week-end les plus acharnées -300 minutes d’activité physique en deux jours- sous le nom de « guerriers du week-end ». Comparés à ceux qui ne pratiquent aucune activité, ces « guerriers du week-end » voient leur mortalité, toutes causes confondues, réduite de 30 % : soit à peine un peu moins que ceux qui font du sport régulièrement pendant la semaine. Attention : en pratiquant uniquement le week-end, on améliore sa santé mais on prend aussi quelques risques. « Une séance de sport longue et difficile le week-end, c’est un stress physiologique qui peut multiplier par 20 le risque de crise cardiaque. De plus quand on s’entraîne régulièrement, les micro-lésions qui peuvent apparaître dans les tissus, les tendons notamment, vont cicatriser en 48 heures. En pratiquant pendant 300 minutes le dimanche, les micro-lésions peuvent se rejoindre et créer des véritables blessures », avertit le Dr Stéphane Cascua, médecin du sport. Si on est un sportif du week-end, il vaut mieux éviter -surtout passé 50 ans- les sports agressifs comme les matchs de foot ou de tennis, et privilégier des sports plus doux comme la natation, la marche rapide ou la balade à vélo.
Brigitte-Fanny COHEN