Courir contre le cancer du sein


La Parisienne réunira plus de 40 000 participantes le Dimanche 10 septembre 2017. Une course dédiée à la lutte contre le cancer du sein. Une maladie dont on peut diminuer les risques par une activité physique régulière.

Chaque année en France, 50 000 femmes se voient diagnostiquer un cancer du sein. Cette maladie provoque également 11 000 décès. Comment faire baisser ces chiffres, en augmentation depuis plusieurs années ? L’activité physique est une des pistes à envisager sérieusement. Plusieurs dizaines d’études ont déjà été publiées sur ce sujet. Toutes convergent : une activité physique régulière diminue de 30% environ le risque de développer un cancer du sein, surtout après la ménopause. Ces études montrent aussi qu’elle réduit jusqu’à 50% le risque de récidive. Un vrai médicament que les cancérologues recommandent désormais à leurs patientes!

Comprendre les mécanismes

« L’activité physique diminue chez les femmes la production des estrogènes, d’insuline et d’autres hormones issues du tissu graisseux : toutes ces hormones favorisent la croissance de cellules cancéreuses déjà présentes dans l’organisme, normalement détruites par le système immunitaire. S’il y a moins d’hormones stimulant les cellules cancéreuses, il y a moins de risque de formation d’une tumeur ou de récidive de tumeur dans le sein », explique le Dr Thierry Bouillet, cancérologue à l’hôpital Avicenne à Bobigny, président de la Fédération Nationale Sport et Cancer CAMI*. Pour que l’activité physique soit efficace, il faut qu’elle provoque une dépense énergétique suffisante, une sudation et qu’elle soit réalisée au minimum 40 minutes trois fois par semaine. On peut choisir le tennis, la natation, la course à pied, le golf, la boxe, la marche rapide… L’essentiel est de trouver un sport qui plaise et que l’on puisse pratiquer régulièrement. Et un sport adapté, encadré par des professionnels, pour les patientes qui sont en cours de traitement anticancéreux. Il est donc important d’inciter toutes les femmes à chausser leurs baskets. Pas toujours facile lorsqu’on a été longtemps sédentaire. Se fixer le challenge de courir la Parisienne, avec des milliers d’autres femmes, peut devenir une réelle motivation.

Brigitte-Fanny COHEN

*Cancer Arts Martiaux et Information
Pour en savoir plus sur la CAMI: www.sportetcancer.com
Sur la Parisienne : www.la-parisienne.net