Le retour de la rougeole


Comme d’autres pays européens, la France est confrontée à des foyers épidémiques de rougeole. Notamment dans l’Est. En cause : la vaccination insuffisante.

 

La rougeole est une maladie virale très contagieuse qui se transmet par les gouttelettes de salive. L’incubation dure une dizaine de jours puis les symptômes se déclarent: toux, vomissements, fièvre, diarrhée, nez qui coule, yeux qui rougeoient… Si on examine la face interne des joues, on peut repérer sur la muqueuse des petites tâches blanches, grosses comme une tête d’épingle. Trois ou quatre jours plus tard elles disparaissent alors que l’éruption de rougeole survient: tâches rouge pâle légèrement en relief s’effaçant à la pression et séparées par des intervalles de peau saine. Elles apparaissent tout d’abord derrière les oreilles pour envahir rapidement le reste du corps. Le problème, c’est que cette maladie provoque une baisse brutale des défenses immunitaires et peut entraîner un certain nombre de surinfections ORL (otites en particulier), bronchiques et pulmonaires.

 

Attention aux complications

 

En Europe, 559 cas ont été signalés en janvier 2017. En France, la région Grand-Est a été confrontée à une flambée inquiétante avec 44 cas déclarés à l’Agence Régionale de Santé (ARS). Trois quarts des malades étaient des enfants. La plupart avaient fréquenté des lieux de vie collectifs et n’étaient pas vaccinés. Le vaccin trivalent ROR (rougeole-oreillons-rubéole) est actuellement la mesure de prévention la plus efficace. Les autorités recommandent donc que la couverture soit égale ou supérieure à 95 %, afin de conférer une protection collective. L’objectif n’est pas atteint : seuls 66 % des enfants français de 18 mois ont reçu deux doses, 89 % une dose. Mais pour qu’une campagne de vaccination soit optimale, il est nécessaire qu’au moins 95% de la population ait reçu les deux doses de vaccin contre la rougeole. Il faudrait rappeler aux jeunes parents, qui sont méfiants vis-à-vis de la vaccination, que la rougeole n’est pas une maladie anodine. Les complications graves sont rares, mais elles existent malheureusement. On a déjà observé notamment chez des bébés et des jeunes adultes des cécités, ou des encéphalites qui peuvent s’accompagner d’oedèmes cérébraux… Voire des décès. C’est pourquoi dans le tiers-monde la rougeole représente un véritable fléau. Un vieux proverbe africain le résume bien: « ne compte pas tes enfants tant que la rougeole n’est pas passée ».

 

Brigitte-Fanny COHEN