Alerte sur les faux ongles


Pour éviter les risques associés aux ongles artificiels, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) vient d’annoncer des recommandations.

 

C’est un phénomène de mode qui séduit de plus en plus de femmes : la pose de faux ongles. Mais la coquetterie doit s’accompagner de prudence : en effet, les techniques et les produits utilisés pour poser ou déposer des ongles artificiels ne sont pas sans risque, ni pour les vrais ongles ni pour les tissus qui les entourent. Ces pratiques étaient déjà déconseillées dans certaines situations : lors d’une grossesse ou dans le cadre d’une intervention chirurgicale par exemple. Mais l’ANSM va plus loin, dénonce les risques et met en avant certaines précautions à ne pas négliger. Pour réaliser un ongle artificiel, deux techniques sont principalement utilisées : celle de la résine auto-durcisseuse (technique dite des « ongles sculptés ») et celle du gel durcissant sous UV qui permettent d’allonger l’ongle naturel. Si l’ongle artificiel est posé au-delà de la limite de l’ongle naturel ou des cuticules, il peut survenir une inflammation locale, une chute de l’ongle naturel, voire éventuellement des sensibilités anormales au bout des doigts. Des allergies au gel, à la colle ou à la résine sont également possibles : elles se manifestent par un eczéma autour des ongles voire du visage, et un décollement de l’ongle naturel. Autre risque : une infection de l’ongle naturel sous la prothèse qui s’observe par un changement de couleur de cet ongle.

 

Bien choisir le professionnel

 

« Dans tous les cas, il faut que le professionnel dépose les produits à la stricte limite de l’ongle et des cuticules (sans les recouvrir) pour éviter tout décollement de l’ongle naturel », explique l’ANSM. Seules des personnes compétentes doivent réaliser la pose, c’est-à-dire « les esthéticiennes et/ou les personnes titulaires d’un certificat de qualification professionnelle de styliste ongulaire ». L’ANSM rappelle quelques règles de bon sens. Pour retirer un ongle artificiel posé avec de la résine : utiliser un solvant (le plus souvent l’acétone) dans lequel les ongles sont immergés. Pour les ongles posés avec du gel : éviter un limage agressif  afin de prévenir une fragilisation de l’ongle naturel. Après le port d’ongles artificiels pendant 3 ou 4 mois, il est préférable de faire une pause, et d’attendre un mois avant d’en poser à nouveau. Une bonne technique réalisée par un professionnel sérieux permet d’éviter toutes ces complications.

 

Brigitte-Fanny COHEN