La thermoablation : une révolution pour la thyroïde


Retirer un nodule sur la thyroïde sans laisser de cicatrice sur le cou ? Une nouvelle technique, la thermoablation par laser, permet d’éviter cet inconvénient. Et ce n’est pas son seul bénéfice.

 

Les nodules thyroïdiens sont très fréquents : ils se retrouvent chez 50% de la population après 40 ans et jusqu’à 70% après 70 ans, surtout chez les femmes. Dans la très grande majorité des cas, ils sont bénins. On ne les enlève pas, sauf lorsqu’ils sont gênants. « On considère qu’ils le sont quand ils ont une taille importante pouvant entraîner une grosseur inesthétique au niveau du cou, ou une gêne fonctionnelles, par exemple des difficultés pour avaler », indique le Dr Gilles Russ, radiologue dans l’Unité Thyroïde du Pr Leenhardt, à l’Hôpital La Pitié Salpêtrière à Paris.

Des avantages à la pelle

Habituellement on retire ces nodules thyroïdiens par chirurgie, en incisant au niveau du cou, sous anesthésie générale. Mais une autre méthode, moins invasive est désormais possible dans plusieurs hôpitaux : la thermoablation par laser. «  Sous guidage échographique, on place une aiguille très fine dans le nodule, et on fait passer, dans cette aiguille, une fibre laser de 0,3 mm de diamètre. Le nodule ne disparaîtra pas immédiatement immédiatement : la fibre laser va le chauffer à 60°, entraînant une destruction des cellules et progressivement une diminution de sa taille. Au bout d’une année on constate, sous échographie, que le nodule est devenu minuscule », explique le Dr Russ. A ce moment-là, le nodule n’appuie plus sur les organes voisins et le patient n’est plus gêné. Cette nouvelle technique comporte de nombreux avantages : « le patient entre le matin à l’hôpital et en ressort l’après-midi, l’arrêt de travail n’est que de deux à quatre jours contre une trentaine pour la chirurgie. On intervient sous anesthésie locale, ce qui permet d’éviter l’anesthésie générale de la chirurgie traditionnelle. Et il n’y a absolument aucune cicatrice. La thermoablation par laser a donc un avantage esthétique et elle permet une récupération plus rapide », explique le Dr Russ.  D’autre part, la chirurgie est un acte radical qui retire tout ou une partie de thyroïde, mais qui reste indispensable quand la glande est encombrée de nombreux nodules. Revers de la médaille : le patient aura besoin, par la suite, d’un traitement hormonal jusqu’à la fin de ses jours. Avec le laser, comme la thyroïde est conservée, le patient n’a pas besoin de prendre chaque jour des comprimés pour remplacer les hormones thyroïdiennes. Un avantage incontestable !

Brigitte-Fanny COHEN