Des baumes pour lutter contre le froid


Fissures, gerçures, engelures, rougeurs, gonflements… Le froid ne fait pas de cadeaux, mais on peut riposter avec des cosmétiques adaptés.

 

Contre les crevasses et engelures

Protéger, hydrater et même cicatriser en cas de lésion : c’est possible à condition de choisir les bons actifs. Des crèmes au miel enrichies en huile d’amande douce, par exemple. Elles pénètrent rapidement et ont des propriétés cicatrisantes et assouplissantes. Des baumes contenant de l’allantoïne également. Cet agent mi-chimique mi-végétal combat activement la sécheresse cutanée et prévient aussi le vieillissement prématuré. Enfin, des crèmes affichant glycérine et/ou beurre de karité ont la faculté de fixer le taux d’hydratation dans la peau. Elles sont parfaites pour réparer des mains particulièrement abîmées.

Pour les bouches écorchées

Protéger, lisser, hydrater : trois gestes pour lutter contre des frimas qui dévorent les lèvres sans défense. Elles sont dépourvues de système de régulation thermique et de glandes sébacées, et donc elles souffrent particulièrement. Dotées d’une peau cinq fois plus fine que sur le reste du visage, elles se déshydratent rapidement. Sèches, elles se fendillent et gercent. Pour les apaiser, misez sur sticks protecteurs et hydratants, des soins gommant et baumes cicatrisants.

 

N’oubliez pas les oreilles !

Dépourvues de tissus adipeux les isolant du froid, les oreilles se refroidissent rapidement. Les nerfs qui les parcourent étant très exposés, cette zone sensible est facilement douloureuse. Pour les soulager, un léger massage avec une noisette de crème pour les mains aide à rétablir le flux sanguin et à les réchauffer.  Attention à ne pas mettre d’eau chaude, par exemple sous la douche, sur des oreilles présentant des signes de gelures.

 

Brigitte-Fanny COHEN

 

ENCADRE

Les crevasses ou gerçures sont des petites fissures de l’épiderme dues à la sécheresse extrême de la peau. Situées sur les zones (lèvres, mains, oreilles) exposées à l’air glacé, ces plaies superficielles peuvent s’aggraver et devenir rouges et gonflées.