L’impact des beaux paysages sur le bien-être et la santé


Pour garder le moral et rester en bonne santé, rien ne vaut un cadre de vie plaisant. C’est ce que viennent de démontrer des chercheurs de l’Université de Warwick au Royaume-Uni.

 

Cela fait longtemps que les scientifiques se posaient cette question : vivre dans un décor de carte postale a-t-il une influence sur la santé ? La réponse vient d’être publiée dans la revue Scientific Reports. Pour cette démonstration, les chercheurs ont collecté plus de 1,5 million d’avis sur la beauté des paysages britanniques, recueillis à partir de 212.000 photographies. Et ils se sont servis des résultats d’un recensement de 2011 réalisé en Angleterre et au Pays de Galles, dans lequel les gens ont évalué leur santé : très bonne, bonne, moyenne, mauvaise ou très mauvaise. L’objectif, c’était d’établir une corrélation entre les deux. Leurs résultats montrent d’abord que les paysages les mieux notés ne correspondent pas forcément à des espaces verts, comme on pourrait s’y attendre. Les environnements comprenant des points d’eaux ou de grandes lignes d’horizon, même en ville, obtiennent les meilleures appréciations.

 

Beauté du cadre de vie, santé des populations

 

Au final, les paysages les mieux notés sont ceux qui enregistrent les meilleurs scores, non seulement sur le plan du bien-être, mais aussi en matière de santé. « Cette découverte est fascinante. Un espace n’est pas bénéfique à notre santé simplement parce qu’il est vert. Il semblerait que ce soit la beauté de l’environnement en question, mesurée par sa dimension pittoresque, qui revêt une importance cruciale », commente Chanuki Seresinhe, l’un des auteurs de ces travaux qui ont intégré à l’analyse d’autres facteurs, comme le niveau socio-économique, le revenu, la pollution de l’air ou l’accès aux soins des individus. « Après avoir pris tous ces paramètres en considération, nous constatons qu’en Angleterre, les personnes font état d’une meilleure santé lorsqu’ils vivent dans des endroits spectaculairement beaux », affirme Chanuki Seresinhe. En conclusion, l’étude recommande de tenir compte de ces résultats, lors de la création de projets d’urbanisme et de réaménagement des paysages, afin de créer des cadres de vie agréables ayant un impact positif sur la santé.

 

 

Brigitte-Fanny COHEN