Cancer : l’alerte est dans l’assiette


Ces dernières semaines, plusieurs rapports ou enquêtes ont accusé des d’aliments d’être potentiellement cancérigènes. Info ou intox ? Le point avec le Pr David Khayat, chef du service de cancérologie de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris.

 

Paris Pharma : Un récent rapport de l’OMS affirme que les produits carnés transformés, autrement dit les charcuteries, seraient des cancérigènes certains. Que faut-il en penser ?

Pr Khayat : Les charcuteries dont parle ce rapport sont surtout des charcuteries américaines : hot-dog, pastrami, bacon, lanières de bœuf séché… Ce n’est pas le genre de charcuterie que nous mangeons dans notre pays. Je ne crois pas que la tranche de jambon artisanale, ou produite par de très bons industriels en France, soit cancérigène. Par contre l’excès de bacon frit, de pastrami fumé ou de charcuteries de mauvaise qualité est probablement cancérigène car ces aliments contiennent beaucoup de nitrites, de nitrates, de phosphates, de réhausseurs de goût et de conservateurs qui sont des produits chimiques, à hautes doses, potentiellement dangereux.

Paris Pharma : Selon ce même rapport, la viande rouge serait à classer dans les cancérigènes probables

Pr Khayat : Seulement si on en mange trop. Pour l’OMS, cela signifie en manger plus d’un kilo et demi par semaine ! Car les études étaient, encore une fois, essentiellement américaines. Or cela ne correspond pas à notre consommation. Et la viande aux Etats-Unis n’est pas la même qu’en France. Par exemple, 100 g de filet de boeuf en France c’est 150 calories et 4% de matières grasses. Aux Etats-Unis le même filet de bœuf contient 250 calories et 6 fois plus de matières grasses. En plus aux USA, on mange la viande bien cuite ou au barbecue : ce mode de cuisson augmente le risque cancérigène.

Paris Pharma : l’ONG Foodwatch affirme, dans une enquête, que certains emballages cartonnés contiendraient des huiles dérivées d’hydrocarbures, potentiellement cancérigènes. Elles contamineraient les aliments au contact direct des cartons: couscous, pâtes, lentilles, riz, biscuits etc…

Pr Khayat : Effectivement, il n’est pas bon de manger des huiles minérales et ce problème provient du fait qu’il s’agit de cartons recyclés. Même si l’effet cancérigène direct de cette contamination -qui reste extrêmement faible- n’est pas complétement prouvé, il faudrait changer la réglementation pour que le recyclage se fasse d’une autre manière. Ou sinon, il faut isoler les aliments des cartons avec un film ou un sachet afin d’éviter toute contamination. Ce procédé n’est pas très difficile à mettre en place.

 

Propos recueillis par Brigitte-Fanny COHEN