Prévenir la plagiocéphalie chez le bébé


De plus en plus de bébés ont le crâne un peu aplati. Une déformation que les médecins appellent la « plagiocéphalie », qu’il faut parfois traiter et surtout prévenir.

Dans les années 70, les pédiatres recommandaient de coucher les bébés sur le ventre : il a fallu presque 20 ans pour se rendre compte que cette position augmentait le risque de mort subite du nourrisson. En 1994, les autorités de santé ont donc recommandé de coucher les bébés sur le dos. Une décision indispensable qui a permis une baisse spectaculaire des morts subites chez les nourrissons.  Mais un bémol : cette position favorise une pression, sur le matelas, de l’arrière-crâne du nouveau-né, très malléable pendant les premiers mois de la vie. Les estimations divergent : 10% à 20% des nouveaux-nés seraient concernés par la plagiocéphalie à des degrés divers. Une étude canadienne évoque même le chiffre de 48% des bébés à l’âge de deux mois.

Nécessaire prévention

« Si la plagiocéphalie est peut importante, elle peut s’estomper naturellement. Mais s’il existe une platitude ou une asymétrie importante, il est nécessaire de traiter pour éviter les séquelles : le préjudice esthétique mais aussi des problèmes ORL ou maxillo-dentaires et, à terme, une scoliose peut s’installer », prévient le Dr Thierry Marck, pédiatre à Paris. « On traite ces bébés en évitant la position qui a généré la déformation : tout en les laissant sur le dos, on leur fait placer la tête de l’autre côté avec un coussin de latéralisation. Mais à partir de 5 ou 6 mois, si la déformation est importante, il faut un casque ». L’objectif de ces casques réalisés sur mesure, c’est d’empêcher l’appui du crâne afin qu’il se remodèle naturellement en l’espace de trois ou quatre mois. « Le casque n’appuie pas sur la tête, il permet juste à la nature de reprendre son travail. Et les études américaines ont montré que ce traitement était efficace dans 95% des cas », précise le Dr Marck. Bien sûr, il vaut mieux prévenir que guérir. Quelques astuces : éviter que le bébé regarde toujours sa maman du même côté, alterner la position de la tête à droite et à gauche. « Il faut aussi éviter les objets de puériculture qui fixent la tête dans la même position comme les cosys, les transats et autres matelas cocoonants », souligne le Dr Marck. Mais quand le bébé dort, c’est toujours sur le dos !

Brigitte-Fanny COHEN

Pour en savoir plus: « Mon bébé n’aura pas la tête plate », par les Drs Bernadette de Gasquet et Thierry Marck, éditions Albin Michel