Si on dépistait le cancer du foie, à un stade débutant, comme le cancer du sein?


L’Association Française pour l’Etude du Foie lance une campagne de sensibilisation. Objectif : détecter précocement le cancer du foie pour sauver plus de vies.

 

8000 nouveaux patients sont diagnostiqués chaque année en France d’un cancer du foie. Un des cancers les plus meurtriers avec 6700 victimes annuelles. Un des cancers au pronostic le plus sombre : 10% de patients seulement vont survivre 5 ans après le diagnostic. Il existe bien des traitements. Mais ils sont plus efficaces si la maladie est détectée à ses débuts. « Ce cancer se développe de façon silencieuse, et lorsque les patients consultent pour les premiers symptômes, on découvre dans 75% des cas une tumeur très évoluée pour laquelle on ne peut pas proposer de traitement curatif », déplore le Dr Pierre Nahon, du service d’hépatologie de l’hôpital Jean Verdier à Bondy (93).

500 000 Français concernés

Peut-on mieux faire ? Oui, affirment les spécialistes. En prenant exemple sur le dépistage du cancer du sein : c’est-dire cibler les personnes à risques pour leur proposer un dépistage par imagerie médicale. « Avec le dépistage du cancer du foie, on pourrait découvrir des tumeurs de petite taille – inférieures à 5 cm- ce qui permettrait de mettre en route un traitement curatif. Il ne s’agit pas de dépister tout le monde, mais uniquement les personnes atteintes d’une cirrhose. Il s’agit d’une maladie en augmentation qui peut être provoquée par l’excès d’alcool ou les hépatites. Depuis peu on sait que le diabète et l’obésité sont aussi des facteurs de risque. Et on estime qu’environ 500 000 personnes souffrent d’une cirrhose aujourd’hui en France. C’est à elles qu’il faut proposer le dépistage, car c’est sur des cirrhoses que peuvent se développer des cancers du foie », explique le Dr Nahon. Pour le faire, une échographie tous les six mois est désormais préconisée. Aujourd’hui on sait qu’une femme a 90% de chances d’être en vie 5 ans après un diagnostic de cancer du sein. Mais une personne qui découvre un cancer du foie a 90% de risques de décéder dans les 5 ans qui suivent le diagnostic ! Avec un dépistage précoce, on pourrait réduire la mortalité de 40%. Et épargner de très nombreuses vies.

Brigitte-Fanny COHEN

Pour en savoir plus :

www.afef.asso.fr

www.soshepatites.org