Espérance de vie : l’activité physique aussi efficace que l’arrêt du tabac chez les seniors


Même après 65 ans, 30 minutes d’activité physique quotidienne permettent de vivre en moyenne 5 années de plus, selon une étude norvégienne publiée dans le British Journal of Sports Medicine.

 

 

L’activité physique va-t-elle devenir le médicament du 21ème siècle ? On ne compte plus les articles scientifiques qui démontrent, jour  après jour, ses bienfaits sur la santé physique et mentale. Récemment, une expertise collective de l’INSERM a mis en lumière un de ses bénéfices peu connu chez les seniors: la pratique d’une activité physique régulière permettrait de favoriser l’autonomie des personnes âgées et de prévenir les risques de chute.  L’étude norvégienne va dans le même sens. Selon elle, chez les plus de 65 ans, l’activité physique quotidienne apporte autant de bénéfices que l’arrêt du tabac. Et augmente la longévité. Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont suivi 15 000 hommes nés entre 1923 et 1932. Une partie d’entre eux était sédentaire, l’autre était plutôt sportive, certains même participaient encore à des compétitions. En 2000, 6 000 de ces participants étaient encore en vie. En 2012, ils n’étaient plus que 4000.

 

 

30 minutes par jour

 

 

Selon les chercheurs, les seniors sédentaires mourraient plus tôt que ceux qui étaient actifs. En résumé, voilà leur analyse: l’activité physique diminue le risque de décès lié à des maladies cardiovasculaires ou à d’autres pathologies chroniques. Elle permet aussi rester autonome plus longtemps et améliore le moral. Mais quelle activité privilégier ? Selon ces chercheurs, il vaut mieux une activité modérée et régulière qu’une activité très intense moins d’une heure par semaine : 30 minutes d’activité quotidienne, quelque soit son intensité, six jours par semaine, ferait chuter de 40 % le risque de décès chez les seniors. Et même après 73 ans, il serait toujours temps de s’y mettre, à son rythme et selon son état de santé: natation, gymnastique, marche nordique, vélo… D’autres études ont montré que, quelque soit l’âge, on tire des bénéfices à faire du sport. Le problème, c’est qu’après 60 ans, la motivation pour en faire a tendance à baisser. Le vrai challenge, c’est donc de motiver les seniors.

 

 

Brigitte-Fanny COHEN