Le binge drinking : de plus en plus d’adeptes chez les filles


Selon le nouveau Baromètre santé 2014 de l’Institut national de l’éducation à la santé (INPES), les adolescentes seraient de plus en plus adeptes du binge drinkin.

 

La consommation globale d’alcool a drastiquement chuté en France, mais les épisodes d’alcoolisation excessive –ou binge drinking- sont de plus en plus fréquents chez les jeunes, en particulier chez les filles. Ces dernières sont en train de rattraper les garçons, selon des données rendues publiques par l’INPES: depuis 10 ans, les 18-25 ans ayant connu un épisode d’ivresse dans l’année sont passés de 33 % à 46 %. Et ils sont maintenant 29 % à déclarer avoir été ivres au moins trois fois dans l’année, contre 15 % en 2005. Chez les étudiantes, le nombre est passé de 8% en 2005 à 28% en 2014. Les ivresses régulières (au moins 10 dans l’année) sont désormais rapportées chez 11% des étudiantes, contre 2% en 2005. Les risques pour les jeunes femmes sont nombreux.

 

Attention aux violences sexuelles

 

« La fréquence des comas éthyliques qui arrivent aux urgences a doublé ces dernières années, particulièrement chez les jeunes filles : pour elles, le risque est augmenté de façon évidente  car elles assimilent l’alcool moins bien que les hommes», souligne le Pr Michel Reynaud, chef du département de psychiatrie et d’addictologie de l’hôpital Paul Brousse de Villejuif. « Des études appuyées sur l’imagerie médicale ont montré que la consommation aiguë d’alcool et les ivresses répétées abîment fortement le cerveau. Le risque est encore plus vrai pour les femmes, toujours parce qu’elles assimilent l’alcool moins bien que les hommes. Elles risquent davantage des altérations de la substance grise du cerveau, des destructions de neurones, avec comme conséquence des difficultés à se concentrer, à réfléchir, et des pertes de mémoire », poursuite le Pr Reynaud. Ces jeunes femmes deviendraient plus tard plus facilement dépendantes à l’alcool que leurs homologues masculins.  Sans oublier les violences sexuelles et les accidents, nombreux chez des adolescentes sous l’emprise de la boisson. La loi de santé proposée par Marisol Tourraine devrait intégrer des propositions pour réduire les risques d’une consommation excessive d’alcool.

 

Brigitte-Fanny COHEN