L’allaitement à la traîne


A 6 mois, les trois quarts des bébés ne sont plus nourris au sein, en dépit des recommandations des autorités de santé. C’est le résultat d’une étude française menée sur 3 300 bébés nés lors du premier trimestre 2012.

 

Les Françaises ne sont toujours pas des championnes de l’allaitement : moins d’un bébé sur quatre est encore nourri au sein à 6 mois. C’est le constat du dernier Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH). Pourtant le Plan National Nutrition Santé (PNNS) recommande l’allaitement maternel « de façon exclusive jusqu’à 6 mois, et jusqu’à 4 mois pour un bénéfice santé ». Il faut dire que les freins sont nombreux pour les femmes. Pourtant à la maternité, 74 % des mères débutent l’allaitement. A 3 mois, les chiffres sont moins bons, puisque 40 % des jeunes mamans continuent à donner le sein et seulement 21 % de façon exclusive ou prédominante (sans biberons en complément avec des préparations pour nourrisson vendues dans le commerce). Elles ne sont plus que 23 % à 6 mois et 9 % à un an.

 

La France mauvaise élève en Europe

 

Ces taux sont très inférieurs par rapport à nos voisins européens, comme le soulignent les auteurs du BEH : « Alors que seulement 59 % des enfants sont nourris exclusivement au lait maternel en maternité en France, cette proportion atteint par exemple 95 % au Danemark, 90 % en Pologne ou encore 89 % en Suède ». Il faut donc favoriser la pratique de l’allaitement à la maternité, et cela doit passer notamment par des interventions de santé publique. Il faut aussi identifier les obstacles que rencontrent les femmes. Les auteurs de l’étude ont réussi à cerner le profil de celles qui allaitent, et de celles qui ont des difficultés à le faire: il ressort de leurs travaux que la pratique est plus courante chez les femmes mariées, plus âgées, primipares, étrangères, ou de haut niveau d’études. Les mères en surpoids, qui ont fumé pendant la grossesse ou qui n’ont pas participé aux séances de préparation à l’accouchement ont moins tendance à donner le sein. Même constat chez les femmes dont le bébé est prématuré ou présente un petit poids à la naissance. L’étude met le doigt sur une énigme : il semble que la saison influence la tendance à allaiter. Car les enfants nourris au lait maternel sont plus souvent nés au printemps qu’en automne ou en été…

 

Brigitte-Fanny Cohen