Compléments alimentaires : prudence


Vitamines, minéraux, oligo-élements… En France, le marché des compléments alimentaires est florissant avec 500 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel. Mais les autorités de santé viennent de braquer leurs projecteurs sur les dangers de certains d’entre eux.

 

Un Français sur cinq prend, de façon régulière ou occasionnelle, des compléments alimentaires. Objectif : garder la ligne, combattre la fatigue, maintenir son taux de cholestérol, fortifier les cheveux… Ils sont souvent considérés comme anodins par les consommateurs, pourtant ces produits contiennent des principes actifs qui peuvent, dans certains cas, présenter des risques pour la santé. Lesquels ? Pour répondre à cette question, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES) vient de présenter le premier bilan de son dispositif de Nutrivigilance lancé en 2009. Il s’agit d’une surveillance a posteriori des effets indésirables d’un panel de produits non-médicamenteux : vitamines, extraits de plantes, aliments enrichis, boissons énergisantes etc…

 

Attention aux enfants et aux femmes enceintes

 

Depuis la mise en place de son dispositif, l’ANSES a reçu 1562 signalements d’effets indésirables. Un chiffre qui concerne majoritairement les compléments alimentaires (76 %). Particulièrement pointés du doigt : la levure de riz rouge, utilisée pour contrôler le taux de cholestérol et la p-synéphrine, molécule présente dans l’écorce d’orange amère et préconisée pour perdre du poids. Les experts, qui ont travaillé sur cette évaluation, ont recensé notamment des troubles hépatiques (19 %), 
gastro-entérologiques (18,4 %), cardiovasculaires (9,9%) et neurologiques (12 %). Ils ont souligné les risques pour les femmes enceintes ou allaitantes, ainsi que pour les enfants et les personnes sous traitement médicamenteux. Et leur recommandent de prendre conseil auprès des médecins et des pharmaciens avant toute utilisation de ces produits. Ils ont aussi rappelé que, pour une majorité de la population, une alimentation équilibrée était suffisante pour couvrir les besoins en vitamines, minéraux et oligo-éléments de l’organisme.

 

Brigitte-Fanny COHEN