La chirurgie de l’obésité efficace contre les cancers


Une nouvelle étude braque à nouveau les projecteurs sur la chirurgie de l’obésité. Elle montre qu’elle réduit le risque plus élevé de cancers auquel font face les patients obèses.

 

La France compte 7 millions d’obèses mais la Haute Autorité de Santé recommande de réserver cette chirurgie -qu’on appelle chirurgie bariatrique- aux  patients qui souffrent d’une obésité sévère, associée à une complication au moins: hypertension, apnées du sommeil, arthrose ou encore diabète. L’intervention consiste, quelque soit la technique choisie, à réduire la taille de l’estomac. Mais elle n’est pas dénuée de risques et ne doit être proposée qu’en seconde intention, après l’échec d’un traitement qui associe régime alimentaire et psychothérapie. Depuis quelques années, cette chirurgie connaît un essor fulgurant : en 2013, 44 000 interventions ont été réalisées. Contre 15 000 en 2006. Car il ne s’agit pas uniquement d’une chirurgie à visée esthétique. En plus de faire perdre du poids, elle améliore considérablement la santé de ces patients.

 

Risque de cancer diminué

 

Cette étude, publiée dans la revue Obesity Surgery, arrive à cette conclusion en apparence étonnante: grâce la chirurgie bariatrique, le taux de cancers chez les personnes obèses diminue pour retomber quasiment à la normale. Il faut dire  que l’obésité augmente le risque de développer certains cancers : cancers du sein après la ménopause, cancer du colon, celui du pancréas, du rein ou encore de l’utérus. Des mécanismes très complexes entrent en jeu. Schématiquement un surpoids important engendre des désordres métaboliques : le tissu graisseux produit de nombreuses substances, notamment des hormones. L’excès de graisse –surtout dans l’abdomen- va entraîner une surproduction hormonale, nocive pour l’organisme, susceptible de stimuler la  croissance de cellules cancéreuses. Selon cette étude, c’est quasi-mathématique : l’obésité augmente le risque de cancer mais la perte de poids permet, après l’intervention, un retour à la normale. Les anciens obèses, opérés et amaigris, ne sont plus exposés à un risque majoré. Une étude très récente a même avancé ce chiffre stupéfiant: les femmes obèses, qui ont eu recours à la chirurgie bariatrique, voient leur risque  de développer un cancer de l’utérus diminué de 70% ! Avec ces deux études, on peut donc affirmer que perdre du poids pour prévenir un cancer est efficace. Et la chirurgie de l’obésité, qui fait rapidement maigrir,  a un rôle important à jouer dans la prévention des cancers.

 

Brigitte-Fanny COHEN