Bouger contre les maladies rhumatismales


C’est la fin d’un dogme : les patients atteints de rhumatismes ne doivent plus rester dans leur fauteuil, ils doivent plutôt chausser leurs baskets.

 

Lors du congrès Eular 2014 s’est tenu récemment à Paris, une étude américaine a été présentée : elle montre que l’activité physique peut réduire les douleurs, les raideurs et par conséquent le handicap provoqués par les maladies rhumatismales. Un constat qui concerne beaucoup de Français : au moins 10 millions souffrent des articulations. Par exemple l’arthrose, la plus répandue, touche 5 à 6 millions de personnes, la polyarthrite rhumatoïde 300 000 ou encore la spondylarthrite ankylosante 200 000. Selon cette étude, l’activité physique agit comme un véritable médicament sur les articulations. « Elle est passionnante, même si elle a été réalisée sur des souris. Elle démontre que l’activité physique augmente la production d’acide hyaluronique qui lubrifie les articulations, elle augmente aussi la production des cellules du cartilage (chondrocytes). Elle permet également de réduire l’inflammation locale, au sein des articulations. C’est ainsi que l’activité parvient à diminuer les raideurs articulaires, et soulager les douleurs », explique le Pr Pascal Richette, rhumatologue à l’hôpital Lariboisière à Paris.

 

Eviter les sports violents

 

Nul besoin de courir le marathon de Paris ou de passer ses journées dans une salle de sport. Une activité physique régulière –environ trente à quarante minutes par jour- comme la marche rapide, le jardinage, la natation ou le vélo suffisent à obtenir ces résultats. Les personnes souffrant de rhumatismes doivent privilégier des sports qui mobilisent l’articulation sans la traumatiser. Et bien évidemment éviter les sports violents pour les articulations comme le tennis, le squash ou le football. « Par exemple l’arthrose ou la polyarthrite rhumatoïde sont des maladies très douloureuses. On peut imaginer que les effets bénéfiques de cette activité physique peuvent permettre de réduire la consommation de médicaments antidouleurs », poursuit le Pr Richette. Autre bonne nouvelle : la pratique d’un sport ou d’une activité physique régulière peut freiner l’évolution de certaines maladies rhumatismales. Une étude publiée dans la revue Arthritis Care and Research  vient de montrer que 6000 pas par jour protègent de l’arthrose du genou, en particulier par une action préventive sur le cartilage. Par ailleurs, le sport a  des effets positifs sur l’humeur. Il augmente la sécrétion d’endorphines, des molécules qui apportent une sensation de bien-être. Ce qui permet de redonner le moral aux patients qui souffrent de maladies rhumatismales douloureuses, et, parfois génératrices de dépression.

Brigitte-Fanny COHEN