Les repas en famille bénéfiques pour prévenir l’obésité des enfants


Des repas familiaux sur ordonnance ? Pourquoi pas ! Manger en famille réduirait de 30 à 40% les risques de surpoids chez les enfants.

 

Il s’agit des conclusions d’une vaste étude réalisée dans huit pays européens sur plus de 8000 enfants âgés de 10 à 12 ans. Cette enquête avait pour objectif  d’évaluer l’impact des habitudes alimentaires et familiales sur leur poids et leur corpulence. Résultat : les repas familiaux auraient des vertus pour la santé et plus particulièrement pour la ligne de ces jeunes garçons et filles. Attention, tous les repas n’ont apparemment pas la même importance : le déjeuner aurait peu d’influence. En revanche, le petit-déjeuner et le dîner en famille semblent jouer un rôle majeur sur le poids des enfants.

 

5 à 7 fois par semaine

 

Au final les enfants, qui prennent leur petit-déjeuner avec au moins un des parents 5 à 7 fois par semaine, sont 40% moins susceptibles d’être obèses que les autres. L’étude indique aussi que ceux qui dînent régulièrement en famille auraient 30% de risques en moins d’être en surpoids ou obèse. Comment expliquer ces résultats ? Probablement par le fait que ce rituel familial encourage des comportements alimentaires plus sains : les parents peuvent surveiller le contenu des assiettes de leurs enfants. Mais pas seulement. Prendre le petit-déjeuner en famille permet aussi de s’assurer que les enfants ne partent pas l’école le ventre vide comme c’est souvent le cas. De nombreuses études ont déjà mis en évidence un risque de grignotage plus important chez les écoliers qui ne mangent quasiment rien le matin. Lors du dîner familial, les enfants mangent aussi plus lentement, ils discutent avec leurs parents, et ingurgitent moins de nourriture. D’ailleurs une grande étude américaine l’avait déjà montré. Réalisée sur 8450 enfants, elle soulignait que ceux qui faisaient au moins 5 repas familiaux par semaine, qui dormaient au moins 10H30 par nuit, et regardaient moins de 2 H par jour la télé, avaient 40% de risques en moins d’être obèses, par rapport aux enfants qui n’avaient pas ces pratiques. Les repas pris en famille, outre le fait d’être des moments d’échanges et de détente, deviennent dorénavant des moyens de lutter contre l’obésité.

 

 

Brigitte-Fanny Cohen