Vive le mariage !


 

D’après une étude américaine, vivre en couple permet de protéger son cœur… mais moins sa ligne !

 

Lorsque l’on est marié, on présente une meilleure santé cardiovasculaire. C’est la conclusion d’une étude réalisée entre 2004 et 2008 sur plus de 3,5 millions d’Américains âgés de 21 à 99 ans, présentée lors l’American College of Cardiology à Washington.L’étude a révélé que les gens mariés –quelque soit leur âge et leur sexe- ont significativement moins de risque de souffrir de maladies cardiovasculaires que les célibataires, les divorcés ou les veufs. Les chiffres : les personnes mariées de moins de 50 ans ont 12% de risque de maladie cardiaque en moins que les personnes célibataires, même plus jeunes. Toujours comparés aux célibataires, les couples âgés entre 51 et 60 ans ont quant à eux 7% de risque en moins. Le risque passe à 4% pour ceux de plus de 60 ans.

 

Prendre soin l’un de l’autre

 

« Les résultats de l’étude démontrent clairement que lorsqu’on parle de maladies cardiovasculaires, le statut marital a une influence », a résumé l’investigateur principal de l’étude, le cardiologue Jeffrey Berger. Plusieurs hypothèses pour l’expliquer : les époux veillent l’un sur l’autre, s’assurent que chacun assiste à ses rendez-vous médicaux ou prend ses médicaments. En couple, on fait davantage la cuisine, on se nourrit souvent mieux. On savait déjà que, face au cancer, les personnes mariées avaient davantage de chances de rémission. Le mariage serait-il la panacée universelle? Non, il n’y a pas que des avantages à la vie à deux : un sondage récent, mené par une société de régime britannique, a constaté qu’une fois mariées ou installées dans une relation stable, 80% des personnes prenaient du poids. La première année de vie commune, 40 % des hommes et des femmes accusent  en moyenne 1,8 kilogramme de plus sur la balance. Quatre ans d’union se soldent par 6,3 kilos de plus en moyenne etplus de la moitié des couples ont déclaré avoir grossi à deux.Explication : outre la maternité pour les femmes, les personnes mariées ressentiraient moins de pression face à la nécessité de garder la ligne.

 

Brigitte-Fanny COHEN