Hépatite C : la révolution thérapeutique


 

Lors de la 7èmeConférence internationale sur les hépatites virales, les spécialistes ont été unanimes : grâce à l’arrivée de nouveaux médicaments, on pourra guérir 90%voire 100% des patients.

 

Silencieuse et progressant sans aucun signe, l’hépatite C touche 250 000 à  300 000 personnes en France. Pendant des années,cette maladie évolue lentement mais sûrement puisque le virus se multiplie et attaque le foie : 50 à 90% des personnes vont souffrir d’une cirrhose ou d’un cancer. D’où l’intérêt de se traiter, surtout au tout début, quand le virus commence à détériorer le foie. Objectif : prévenir les formes graves. Depuis plusieurs années, il existe des traitements efficaces, mais ils ont deux défauts majeurs : ils ne guérissent pas tous les patients et ils présentent des effets secondaires.
 

De nouveaux médicaments sur le marché

 

Deux nouvelles molécules devraient obtenir une autorisation de mise sur le marché en 2014, tandis que plus d’une quinzaine d’autres arrivent à la phase finale de leur développement. Ces nouveaux médicaments représentent un véritable espoir puisqu’ils détruisent totalement les virus de l’hépatite C : autrement dit,le malade guérit. Ces traitementsnovateurs sont courts et bien tolérés (ils présentent beaucoup moins d’effets secondaires). Les patients qui les ont été testés en France assurent qu’ils leur permettent de vivre et de travailler normalement. Une bonne nouvelle qui a cependant un coût très élevé : un traitement complet devrait revenir en moyenne entre 60.000 et 90.000 euros.Un obstacle pour les pays en voie de développement. Reste à dépister lespatients atteints d’une hépatite C et qui n’ont pas été diagnostiqués, ce qui constitue un véritable danger pour leur santé.Les spécialistes estiment qu’en France, 90 000 porteurs du virus de l’hépatite C s’ignorent.

 

Brigitte-Fanny Cohen