Allergie à la cacahuète : l’espoir d’une guérison


 

Les allergies alimentaires touchent près d’un enfant sur dix. Des médecins sont parvenus à désensibiliser des enfants allergiques aux cacahuètes en leur faisant ingurgiter de très faibles doses d’arachide.
C’est un casse-tête pour les parents. Un calvaire pour les enfants : les allergies alimentaires rendent la vie bien compliquée. Quand un petit est allergique, il faut sans cesse traquer le ou les aliments responsables. Renoncer parfois aux cantines scolaires, aux restaurants, aux goûters chez les copains. Car il suffit d’une cuillère, d’une gorgée pour provoquer la révolte de tout l’organisme : rougeurs, démangeaisons, troubles intestinaux, œdème des lèvres. Sans oublier le terrible choc anaphylactique : un spasme bronchique brutal associé à un état de choc cardio-vasculaire, parfois mortel. Seul traitement à l’heure actuelle: l’éviction.

 

Des cacahuètes sur ordonnance

 

Mais si des enfants allergiques pouvaient devenir tolérants aux aliments qui menacent leur santé et leur vie ? Depuis quelques années, des expériences sont menées dans cet objectif. Cette nouvelle approche thérapeutique consiste à administrer de façon régulière des doses croissantes de l’aliment allergisant, jusqu’à une quantité usuellement consommée. Guérir le mal par le mal. Ces expériences sont menées en milieu hospitalier, par sécurité. Une étude publiée dans la revue médicale britannique The Lancet, montre qu’après six mois de traitement, les enfants pouvaient tolérer des doses quotidiennes de 800 mg d’arachide, soit l’équivalent de 5 cacahuètes, une dose suffisante pour leur sauver la vie en cas d’ingestion accidentelle. « Le traitement a permis à des enfants très allergiques de consommer des doses de cacahuètes bien supérieures à celles trouvées dans les aliments contaminés accidentellement, un soulagement pour des parents qui redoutent des réactions allergiques mortelles chez leurs enfants » résume le coordinateur de l’étude Andrew Clark, de l’Université de Cambridge. Un enfant sur cinq a néanmoins développé des effets indésirables se traduisant la plupart du temps par des démangeaisons modérées au niveau de la bouche.En France aussi, plusieurs équipes travaillent en ce sens.  Les résultats d’une étude, menée au CHU de Nancy, sur l’allergie à l’arachide se sont révélés très encourageants. Des désensibilisations alimentaires ont été menées également chez allergiques aux œufs, au blé, au kiwi, aux noisettes… Attention, danger : tenter de désensibiliser son enfant soi-même en lui donnant régulièrement de petites quantités de l’aliment auquel il est allergique serait une très mauvaise idée!

 

Brigitte-Fanny COHEN