Angines : attention aux complications !


 

Face à l’augmentation préoccupante des complications des angines, les ORL ont tiré la sonnette d’alarme. Chez l’enfant, comme chez l’adulte, ces maladies seraient parfois moins bien traitées depuis le fameux slogan : « les antibiotiques, ce n’est pas automatique » !

 

Chaque année en France, les médecins diagnostiquent 9 à 10 millions d’angines. Une maladie pas si anodine. Bien sûr, les symptômes sont connus de tous : mal de gorge et fièvre parfois élevée. Les enfants en font en moyenne trois à quatre par an. Avant l’âge de trois ans, elles sont virales : et, dans ce cas, il est inutile de leur donner des antibiotiques : ces médicaments ne combattent que les bactéries. Entre 3 et 15 ans, 30% des angines sont provoquées par des bactéries : essentiellement des streptocoques du groupe A. Chez l’adulte, 10 à 12% des angines sont dues aux streptocoques A, les autres sont en général d’origine virale. En ce moment les ORL pointent du doigt l’augmentation des complications qui apparaissent chez les enfants, et davantage encore chez les adultes. Chez les enfants, ce sont surtout les « adénophlegmons » (infection des ganglions du cou) qui sont actuellement en recrudescence : on les soigne par antibiotiques mais parfois aussi avec une intervention chirurgicale pour drainer le pus qui envahit les ganglions. Chez l’adulte, on note une augmentation des phlegmons (abcès sur les amygdales) mais aussi des cellulites cervicales: un symptôme septique extrêmement grave mettant en jeu le pronostic vital.

 

Antibiotiques : trop ou pas assez ?

 

Le slogan, inventé par l’Assurance Maladie pour faire baisser –et il le fallait bien- la consommation excessive d’antibiotiques à tous les âges, aurait-il eu des effets pervers ? L’angine aurait-elle été banalisée ? Il arrive en effet que des médecins et des patients renoncent parfois un peu vite à ces médicaments. Les ORL plaident pour une consommation « raisonnée » d’antibiotiques. Prescrire à bon escient après un diagnostic médical. Eventuellement après un test rapide de détection des angines. Des tests qui permettent de détecter dans la gorge, en quelques minutes, la présence de streptocoques du groupe A. Ne pas délaisser la visite médicale. Attention également aux dangers de l’automédication, surtout pour les enfants : s’il ne faut pas prendre des antibiotiques à la légère, il ne faut pas non plus traiter à la légère ces maladies fréquentes, mais pas si banales, que sont les angines.

 

Brigitte-Fanny COHEN