Acné : ne pas baisser les bras !


Une enquête « CSA santé » a dressé le portrait robot du patient touché par l’acné. Une maladie qui ne concerne pas que les adolescents.

On peut souffrir d’acné presqu’à tout âge. Selon cette enquête, 60% des Français de moins de 65 ans en ont à un moment ou l’autre de leur vie. Ce chiffre grimpe à 73% dans la tranche des 15-34 ans. Et ce sont les femmes le plus souvent concernées : 60% contre 40% d’hommes. Cette enquête remet aussi en cause un certain nombre d’idées reçues. Non, les aliments gras, les produits laitiers et les sodas n’ont pas d’influence sur l’apparition de ces boutons disgracieux. L’ensoleillement n’entre pas en jeu non plus, car la fréquence de l’acné est quasiment la même dans toutes les régions de France, au Nord comme au Sud. En revanche le chocolat et les confiseries semblent augmenter les risques : « les personnes qui consomment régulièrement des produits sucrés voient leur risque d’acné multiplié par 2,7, en comparaison avec celles qui n’en mangent pas », indique le Dr Claire Geoffray.


Des traitements pour tous les stades

On pouvait s’y attendre : le stress, la fatigue, le manque de sommeil accentuent le risque d’acné. « Lorsqu’on est stressé, l’organisme secrète plus de cortisol et l’on sait que lorsqu’on prescrit de la cortisone, on observe de l’acné. Pour le sommeil, le lien est moins clair : est-ce le stress qui perturbe le sommeil des patients ? Ou les troubles du sommeil qui perturbent les sécrétions endocriniennes, et donc favorisent l’acné ? », s’interroge le Dr Geoffrey. L’enquête met en avant un point assez étonnant : 38% des patients se traitent seuls ou ne se traitent pas. Notamment 17% des patients atteints d’acné sévère baissent les bras, pensant qu’il n’y a rien à faire. Et pourtant l’acné peut avoir des retentissements très négatifs sur le plan psychologique : l’acné dégrade l’image de soi, et peut être vécue comme un handicap. Or des traitements existent: des simples lotions ou crèmes cosmétiques pour les acnés légères ou débutantes, aux médicaments prescrits par le médecin pour les boutons récalcitrants. A noter : le retour remarqué de la pilule Diane 35 dans les pharmacies françaises d’ici le début 2014. Cette pilule, efficace contre l’acné, a été interdite il y a quelques mois car elle augmente le risque de phlébite et d’embolie pulmonaire. Elle va finalement être commercialisée à nouveau mais sa prescription sera mieux encadrée.

Brigitte-Fanny COHEN