Attention à la contrefaçon de médicaments


Plus d’un million de sachets d’aspirine de contrefaçon ont été saisis en mai dernier par les douaniers du Havre. Ils ne contenaient pas de principe actif, seulement du sucre. La contrefaçon de médicaments progresse et inquiète.

L’Organisation Mondiale de la Santé considère qu’un médicament sur deux, vendu sur des sites Internet qui dissimulent leur véritable adresse, est une contrefaçon. D’une façon générale, un médicament sur 10, vendu dans le monde, est un faux. Des faux médicaments qui représentent 10% du marché pharmaceutique mondial. « Aujourd’hui, on trouve toutes sortes de médicaments falsifiés : des produits de confort contre les problèmes d’érection, le tabagisme ou le surpoids mais aussi des médicaments contre des pathologies graves comme les maladies cardio-vasculaires et certains cancers », souligne le Dr Caroline Atlani, directrice de la coordination anticontrefaçon de Sanofi.

Être prévoyant si l’on part à l’étranger

Attention ! Ces contrefaçons peuvent mettre la santé en péril. « S’il n’y a pas de principe actif, ou que ce principe actif est sous-dosé, le médicament sera inefficace et aux mieux le patient ne sera pas soigné. Mais compte-tenu des conditions d’hygiène dans lesquelles ces produits sont fabriqués, ils peuvent contenir des impuretés ou même des substances toxiques : ils peuvent donc être dangereux», poursuit le Dr Atlani. Il est facile de se faire piéger sur Internet, notamment par des sites vite créés, et vite refermés ! En France, la chaîne du médicament est très encadrée et aucun produit contrefait n’a été détecté jusqu’ici en pharmacie. Mais pour tous ceux qui voyagent, la vigilance est de mise. Car dans certains pays du Maghreb, d’Amérique du Sud, d’Asie ou du Moyen-Orient, les pharmacies ne sont pas épargnées par le problème de la contrefaçon. Si l’on souffre d’une maladie chronique, mieux vaut être prévoyant et apporter son traitement avec soi. En 2011, les médicaments contrefaits représentaient 24 % des saisies douanières en Europe, devant les cigarettes. Les profits engendrés par ce commerce illicite ont atteint 75 milliards de dollars en 2010, davantage que ceux issus des stupéfiants !

Brigitte-Fanny COHEN