Ils n’ont plus peur chez le dentiste


Les tout-petits ont toutes  les bonnes raisons de ne plus verser de larmes sur le fauteuil. Le gaz hilarant  permet de soigner en douceur les plus récalcitrants.
Des enfants qui pleurent, hurlent et n’hésitent pas à mordre le chirurgien-dentiste, même pour une simple carie ou un détartrage : situation  courante quand l’angoisse est trop forte. Ces petits patients, parfois en échec de soins, sont traités aujourd’hui beaucoup plus facilement grâce au gaz « hilarant » : un mélange d’oxygène et de protoxyde d’azote. Cette technique de sédation est utilisée dans les services spécialisés des hôpitaux, mais aussi dans des cabinets de ville de plus en plus nombreux. La technique est simple : on pose un masque sur le nez et la bouche, et en cinq minutes, l’effet commence. Ce gaz ne fait pas dormir mais procure une détente : l’enfant se sent déconnecté par rapport à la réalité et perd la notion du temps. Ce qui est très important: il a ainsi le sentiment que le temps passe plus vite. Le chirurgien-dentiste peut alors procéder à l’anesthésie locale, faire son injection en toute tranquillité, et entreprendre les soins. L’utilisation de ce gaz est particulièrement indiquée chez les petits phobiques des piqûres, des enfants autistes ou des enfants handicapés effrayés par les soins.  Cerise sur le gâteau : il a parfois un effet véritablement hilarant et certains enfants rient aux éclats.
Efficacité prouvée
Pour obtenir le maximum d’efficacité, cette technique s’accompagne d’hypnose ou de sophrologie. D’ailleurs, dans les services spécialisés des hôpitaux, les infirmières sont formées à ces disciplines : elles accompagnent l’enfant tout au long du soin. Dès le début de la séance, elles le font s’évader dans une histoire imaginaire –il se raconte par exemple qu’il skie ou voyage en bateau- pendant qu’il respire le protoxyde d’azote et se détend progressivement. Au final, cela permet d’éviter, dans bon nombre de cas, des anesthésies générales. Une étude, réalisée dans plusieurs hôpitaux de France sur plusieurs centaines d’enfants, a prouvé l’efficacité du gaz hilarant : 93% de succès ! Autrement dit, dans 93% des cas, les soins ont pu être réalisés alors qu’auparavant ces petits patients n’avaient pas pu être soignés. Très souvent ils sont guéris de leur stress et peuvent retourner, sans verser de larmes, chez leur dentiste.

Brigitte-Fanny COHEN