REAPPRENDRE A DORMIR EN THALASSO


Envie de retrouver le sommeil sans passer par la case « somnifères » ? Et si la solution se trouvait en thalassothérapie ? Zoom sur la cure Morphée à la Baule.
Selon une enquête, réalisée au Centre de Thalassothérapie Thalgo La Baule, 50% des curistes se plaignent de la mauvaise qualité de leur sommeil ou de leurs nuits blanches. Le médecin doit tout d’abord en comprendre la cause et mener, parfois tel un fin limier, une véritable enquête. Un questionnaire a été élaboré avec l’aide du centre de sommeil de l’Hôtel-Dieu à Paris. Résultats : 46% des insomnies sont d’origine psycho-physiologique : elles ont commencé à la suite d’un stress ou d’un événement douloureux. « Mais elles persistent, même si la cause a disparue : par exemple la personne a fait son deuil ou a retrouvé un travail moins stressant. Et pourtant, il existe encore un conditionnement à l’heure de se mettre au lit : des pensées négatives, des appréhensions. Ce qui se traduit par une activation paradoxale des systèmes d’éveil au moment du coucher », analyse le Dr Philippe Collin, du Centre Thalgo La Baule. 38% des insomnies ont pour origine l’anxiété ou la déprime, 13% le stress. Mais d’autres sont dues à des problèmes strictement médicaux : syndrome des jambes sans repos, apnées du sommeil, douleurs articulaires… Cette enquête montre également que 64% des curistes, qui réclament la cure Morphée, sont abonnés aux somnifères ou aux tranquillisants. « Entreprendre cette cure pour retrouver le sommeil, c’est d’abord accepter de se passer de ces médicaments. Et donc accepter de ne pas dormir pendant quatre, six ou huit semaines s’il le faut. Ces molécules ne doivent pas être prises  sur le long terme mais sur un temps très court. Mais il est parfois plus facile de prescrire des somnifères que de prendre du temps pour comprendre les causes d’une insomnie », prévient le Dr Collin. En dehors des soins de thalassothérapie traditionnels, de séances de relaxation et de massages plus spécifiques (thaï, shiastu, ayurvédique ou massage aux pierres chaudes), la luxthérapie est également proposée : une méthode utilisée pour traiter les dépressions saisonnières, qui donne aussi de bons résultats pour les insomnies. On expose le curiste à une lumière intense (de 2500 à 3000 lux) pendant une à deux heures, à des moments différents de la journée. Bien entendu, une cure d’une semaine ne permet pas de régler tous les problèmes. Les curistes devront poursuivre leurs efforts une fois rentrés chez eux. Certaines insomnies, particulièrement coriaces, nécessiteront une prise en charge, à l’hôpital, dans des centres du sommeil.

Brigitte-Fanny Cohen

Pour en savoir plus : dev.lucienbarriere.com