ATTENTION AU RONFLEMENT DE L’ENFANT


Ils sont de plus en plus nombreux et de plus en plus jeunes à ronfler ! Entre 3 à 12% des enfants  sont concernés. C’est le constat étonnant des spécialistes réunis en Juin au Congrès des Sociétés Médico-Chirurgicales de Pédiatrie à Bordeaux. Sur la sellette : de nouveaux facteurs de risque.

 

Ronfler pendant un gros rhume est banal, mais le faire systématiquement toutes les nuits l’est moins. Sauf s’il s’agit d’un ronflement léger. « En pratique, on ne peut parler de ronflement chez l’enfant qu’à partir de 60 dB, ce qui correspond au bruit d’une machine à laver. Et si celui-ci est audible derrière une porte fermée », explique le Dr Martine François, ORL à l’hôpital Robert Debré à Paris. Comment comprendre que les enfants de 2 à 12 ans soient plus souvent concernés aujourd’hui? « C’est en partie à cause de la plus grande fréquence des rhinites allergiques : phénomène en augmentation partout dans le monde, qui provoque une obstruction nasale à l’origine du ronflement». Chez l’enfant, des problèmes anatomiques sont également en cause : végétations ou amygdales trop volumineuses –c’est plus fréquent que par le passé- malformation de la cloison nasale… « Ce n’est pas tout. Actuellement les orthodontistes constatent que la mâchoire supérieure des enfants est de plus en plus étroite, ce qui retentit sur la largeur du nez : celle-ci est plus réduite, le nez se bouche plus facilement, ce qui occasionne des ronflements », affirme le Dr François. Difficile pour l’instant de comprendre les causes de cette récente modification anatomique : peut-être tout simplement un effet de l’évolution humaine ?

Opérer ou pas ?

Les nouvelles causes de ronflement sont fréquentes mais des solutions existent. « On peut traiter les rhinites allergiques en  proposant, dès 4 ou 5 ans, une désensibilisation : car le traitement consiste, non plus en des piqûres, mais en des gouttes ou des comprimés que l’on laisse fondre sous la langue, très faciles à accepter chez les plus petits. Lorsque la mâchoire supérieure est en cause, les orthodontistes proposent des systèmes pour agrandir la largeur du palais : cela augmente la taille de la base du nez et donc la largeur utile pour la respiration. Ces traitements peuvent se faire précocement, sans attendre l’apparition des dents définitives », souligne le Dr François. L’ablation des amygdales, lorsqu’elles sont très grosses, peut donner des résultats spectaculaires et immédiats. Mais on n’opère que si le ronflement s’accompagne d’apnées du sommeil ou s’il retentit sur la qualité de vie du tout-petit. Le ronflement simple se passe de traitement : inutile d’intervenir, il faut juste rassurer les parents.
 

Brigitte-Fanny COHEN